Energie vitale : Comment entretenir le Chi-Ki-Prana

Etant indécise sur le choix du terme pour désigner l’énergie qui nous anime et dans laquelle nous (et tout ce qui existe) évoluons sans nous en rendre compte, j’ai décidé d’employer le terme Chi-Ki-Prana, qui est composé de trois mots : le Chi pour la Chine, Qi ou Ki pour le Japon et le Prana pour l’Inde.

domazenblog-pic-by-alexandre-godreau

Ces trois mots désignent la même chose à savoir cette énergie invisible qui circule en nous et autour de nous, et que nous, les occidentaux en général, avons beaucoup de mal à appréhender et à définir.

Habituellement on dit « énergie vitale » pour désigner la force qui anime les êtres vivants de l’intérieur, un peu comme si nous avions un moteur interne qui en produirait sans fin et d’une qualité plus ou moins bonne selon notre état physique et psychique.

Et en ce qui concerne l’énergie qui nous est extérieure, nous la désignons  la plupart du temps par des termes tels que « l’environnement » et « l’ambiance » qui, à y regarder de plus près, sont plus des aspects que le Chi-Ki-Prana peut influencer et imprégner plutôt que l’énergie en elle-même.

Le Chi-Ki-Prana… Kezako?

Le Chi-Ki-Prana est une énergie neutre, en équilibre (yin-yang). Pour vous illustrer cette neutralité, on peut utiliser l’exemple d’un couteau de cuisine, objet qu’on utilise quotidiennement et qui peut à la fois nous rendre service en coupant nos aliments ou bien nous blesser si on ne fait pas attention, ou à l’eau qui, suivant son parcours se charge de caractéristiques et revêt divers aspects.

Si l’eau traverse une terre boueuse, elle devient trouble, si l’eau traverse un petit ruisseau fait de cailloux et de plantes qui vont la filtrer, elle devient claire ; l’eau de mer est généralement imbuvable contrairement à celle qui coule de nos robinets, et pourtant dans les deux cas c’est toujours de l’eau, H20.

Il en est de même pour cette énergie qui est omniprésente en nous et autour de nous, à la base neutre et vierge, elle se drape de diverses caractéristiques suivant les chemins qu’elle emprunte, les lieux et les ambiances qu’elle visite pour arriver jusqu’à nous, et nous pouvons la qualifier à ce moment-là de positive, négative, yin ou yang et la ressentir de différentes façons suivant notre sensibilité.

domazenblog-pic-by-lance-asper

Vous l’aurez compris, le Chi-Ki-Prana n’est pas une énergie statique mais dynamique qui est sans cesse en mouvement, et sa qualité dans la nature va donc dépendre de son environnement. Il va avoir tendance à se concentrer dans une vallée qui forme une enclave pour le recevoir, à se disperser sur une plaine du fait de la platitude du terrain ou à se raréfier dans le désert et les pôles nord et sud à cause de l’aridité des lieux.

Le Chi-Ki-Prana circule aussi à l’intérieur de nous tout comme le sang ou le liquide lymphatique, et se teinte de caractéristiques suivant notre style de vie, notre alimentation et nos émotions. Et tout comme les couleurs (cf Les couleurs et nos humeurs), il influe sur nos humeurs et nos humeurs influent sur lui.

Il est donc important d’entretenir son Chi-Ki-Prana aussi bien autour de soi qu’à l’intérieur de soi.

Comment bien entretenir le Chi-Ki-Prana chez soi

Pour commencer, il y a quelques astuces à mettre quotidiennement en pratique chez soi pour avoir une bonne circulation du Chi-Ki-Prana et pour les connaitre, je vous invite à lire l’article « 3 Gestes quotidiens pour garder le moral ». Si vous adoptez ces 3 routines, la qualité du Chi-Ki-Prana dans votre intérieur va s’améliorer et cela va se ressentir en vous aussi bien moralement que physiquement.

Le Chi-Ki-Prana est une énergie en mouvement perpétuel, et pour avoir une bonne énergie chez soi, il faut que cette énergie puisse circuler sans entrave chez vous. Pour cela, il faut veiller à ce que vos portes et fenêtres ne soient pas obstruées, c’est-à-dire qu’il n’y ait rien qui bloque leur ouverture tel un meuble ou une plante.

Ensuite, on peut faire un petit tour des lieux et voir si l’on circule aisément sans se heurter à quoi que ce soit, vérifier si pour aller d’un point A à un point B, on n’a pas besoin de déplacer des meubles ou objets, car tout ce qui entrave notre parcours dans notre intérieur, entrave de même la circulation du Chi-Ki-Prana. Il faut donc veiller à ce que le Chi-Ki-Prana puisse circuler dans votre demeure d’une manière fluide tout comme vous.

domazenblog-pic-by-roman-kraft

Puis enfin, essayez de vous entourer d’objets qui vous plaisent, que vous avez choisis et qui ont du sens pour vous. Souvent, on a tendance à offrir des objets et des bibelots aux amis et à la famille pour des occasions telles que Noël ou les anniversaires, sans jamais se demander si cela va leur être utile ou leur plaire.

Et souvent, on en reçoit nous aussi et on ne sait pas trop quoi en faire, ni ou les mettre, mais par politesse nous les gardons, les utilisons et les exposons en ayant l’impression de ne pas avoir le choix.

Tout cela n’a l’air de rien, mais joue néanmoins inconsciemment sur notre psyché et notre corps qui ne seront pas complètement détendus face à ces objets anodins qui, à la longue, créeront des tensions physiques et des agacements sans que nous ne comprenions vraiment pourquoi.

Ainsi, si l’on détient de tels objets chez soi et que l’on n’arrive pas à s’en défaire pour diverses raisons, il est préférable de les ranger hors de sa vue et voir avec le temps si on les conserve ou non.

Comment bien entretenir le Chi-Ki-Prana dans notre corps

Un esprit sain dans un corps sain, tel est l’adage pour vivre heureux et en bonne santé, et cela s’applique aussi à merveille au Chi-Ki-Prana. En effet, pour avoir une bonne énergie vitale, il faut veiller à avoir une bonne hygiène de vie aussi bien physique que psychique.

Commençons tout d’abord par la nourriture, notre carburant. Une alimentation équilibrée et bio de préférence, voilà ce que tout  le monde (médecins, diététiciens, thérapeutes, blogueurs et ma voisine !!!) préconise partout et à longueur de temps. Pourtant de nos jours, nous avons l’impression de manquer de temps pour tout, et nous allons ainsi au plus facile et au plus rapide notamment en ce qui concerne nos repas.

Dans ce domaine, il serait plutôt judicieux d’aller à l’essentiel, et se demander quand est-ce que nous devons manger ? Et là, la réponse nous apparaît comme une évidence : quand la faim nous taraude. 3 repas par jour, 1,5 litre d’eau par jour, 5 fruits et légumes par jour, des laitages… c’est bien, mais certains peuvent se suffire de 2 repas tandis que d’autres auront besoin de collations en plus des 3 repas, certains boiront plus puis d’autres moins et ainsi de suite…

Le principal est, donc, d’écouter son corps et de manger à sa faim quand le besoin (non l’envie) se fait sentir. Normalement si l’on a une vie réglée par les enfants et le travail, on ne se pose pas trop de questions, les horaires sont les horaires, il suffit juste de ne pas abuser et de manger varié.

domazenblog-pic-by-isidor-emanuel

Naturellement, pour avoir un meilleur Chi-Ki-Prana, il vaut mieux privilégier les fruits et légumes bio de préférence et crus (quand on peut et ça fait gagner du temps) car en cuisant, les végétaux perdent une grande partie de leur Chi-Ki-Prana mais aussi la majorité des vitamines et sels minéraux qu’ils contiennent et on pense rarement à boire le bouillon pour pallier à cette perte. Sinon, on peut cuire les légumes à la vapeur, la perdition dans ce cas-là est amoindrie.

Alors, si on ne pratique pas le crudisme, si on n’est pas végétalien ou végétarien, le fait de diminuer notre ratio de viande, de laitage et de produits industriels pour les remplacer par des fruits et des légumes, nous fera gagner du temps de préparation.

Et, notre corps gaspillera moins d’énergie à la digestion pour la consacrer à nous réparer et à éliminer les toxines qui nous causent des blocages, puis détériorent peu à peu notre santé. Ainsi, la circulation du Chi-Ki-Prana dans notre organisme s’en trouvera améliorée.

Le Chi-Ki-Prana et notre mental

Comme on dit, jamais deux sans trois, et aménager notre intérieur ainsi qu’améliorer notre alimentation, c’est bien mais la cerise sur le gâteau réside en notre mental. C’est lui qui va définir positivement (ou au contraire) le Chi-Ki-Prana qui circule en  nous et qui rayonne de nous.

Si nous vivons et mangeons sainement, c’est bien, mais si notre tête est encombrée de tracas, de peurs, et de tristesse, nous ne risquons pas de profiter des bienfaits de notre environnement et de notre hygiène de vie.

Il nous faut donc apprendre à apaiser notre mental, à prendre du recul sur nos préoccupations, et à lâcher prise sur ce qui ne dépend pas directement de nous (la météo, les embouteillages, l’actualité…) afin de voir la vie sous un aspect plus positif.

Le sport est un bon moyen non seulement pour entretenir notre corps mais aussi pour se vider la tête et évacuer le stress. De plus, durant un effort long et soutenu, notre corps secrète des endorphines, une hormone euphorisante et calmante, qui influe de manière positive sur notre humeur. Pour bénéficier de ces bienfaits, il faut pratiquer une activité soutenue (natation, vélo, course, marche rapide…) durant un minimum de 30 à 45 minutes. Toutefois, une fois lancés, il faudra faire attention à ne pas devenir accros à cette drogue légale.

domazenblog-pic-by-filip-mroz

Une autre manière d’apaiser notre mental est de pratiquer la méditation. La méditation consiste à faire le vide dans sa tête en focalisant son attention sur une seule chose qui peut être sa respiration, le contact de ses mains sur une partie de son corps, un mantra, une voix…

Ce qui est bien avec la méditation, c’est qu’avec le temps, on peut la pratiquer n’importe où et n’importe quand selon ses besoins. Toutefois au début, il faudra commencer dans un endroit calme seul ou accompagné, afin de pouvoir être à l’écoute de son corps et de ses ressentis ce qui nous permettra de nous recentrer, d’être davantage présent dans son corps plutôt que dans son mental.

Enfin, il y a le Yoga, qui allie les deux pratiques précédentes, c’est-à-dire le sport et la méditation, le corps et l’esprit. Pendant les exercices de yoga, nous faisons travailler à la fois notre corps à travers des postures bien précises, notre respiration, et notre attention. Par cette trinité Corps, Esprit et Souffle, nous essayons de trouver l’équilibre aussi bien physique que mental afin qu’il se concrétise aussi dans notre vie.

Chacune de ces pratiques nous aide à nous libérer du stress et nous permet de voir notre vie quotidienne d’une manière plus sereine et optimiste ce qui se répercute sur notre énergie vitale et sur le Chi-Ki-Prana qui nous entoure, et entoure celles et ceux qui partagent notre vie…

N’hésitez pas à mettre en pratiques quelques unes de ces astuces afin d’améliorer votre quotidien, et surtout n’oubliez pas, faites comme vous le sentez…

domazenblog-pic-by-marion-michele